5 conseils pour une landing page réussie

Suite à notre article À quoi sert une landing page, nous avons été inondés d’emails et notre ligne de téléphone était complètement saturée pendant une semaine. Non ce n’est pas vrai. Mais nous avons quand même eu des demandes pour vous donner quelques best practices en la matière.  

Comme nous l’avons déjà expliqué dans l’article mentionné ci-dessus, cet outil est indispensable dans la plupart des stratégies de communication. Son impact est d’autant plus grand que la landing page permet de communiquer sur un sujet précis et unique : un événement, un lancement produit, des journées portes ouvertes, un salon…

Alors comment optimiser cette landing page (et ne pas se planter en beauté) ?

1. Faites simple : une landing page par objectif

Il y a une seule véritable règle à laquelle il ne faut jamais déroger : une landing page par objectif. L’idée est de convertir pas de divertir. Fixez-vous ainsi un thème (un événement, un lancement de produit…) et communiquez uniquement dessus. 

Aussi, une landing page n’est efficace que si l’utilisateur n’a pas besoin de scroller pendant des heures. Si vous n’avez pas compris le terme « scroller », pas de panique ! Ça veut tout simplement dire que vous n’avez pas besoin de faire défiler une page web pendant des heures tellement elle est longue. 

L’utilisateur ne doit pas non plus être perturbé par de nombreuses actions mises à sa disposition à travers des calls to action (CTA) qui sont ces fameux boutons colorés qui vous poussent la plupart du temps au vice (« Acheter », « Découvrir notre offre », « Tester »…). Il est tout à fait possible d’avoir plusieurs CTA répartis sur la landing page mais ceux-ci doivent toujours renvoyer vers le thème de la landing page. Pas question encore une fois de risquer de perdre l’utilisateur avec des liens sortants le renvoyant vers un autre sujet.

L’ergonomie est un concept indispensable à retenir lorsque l’on conçoit une landing page. La présentation doit être claire, lisible et soignée. Par exemple, pour une landing page concernant une soirée VIP, un seul CTA suffit pour confirmer sa présence grâce à un formulaire. Du bon sens en quelque sorte.

2. L’utilisateur doit y trouver son intérêt

La landing page a aussi pour objectif de centraliser les informations et l’utilisateur doit donc pouvoir rapidement obtenir les renseignements qu’il vient chercher. Car l’internaute est paresseux. Par exemple, pour une soirée VIP ou un lancement de produit, la landing page indiquera la localisation de l’événement ainsi que les différents parkings à proximité pour que les invités puissent se garer. Il serait en effet dommage qu’un futur client n’assiste pas à la soirée tout simplement parce qu’il n’a pas facilement trouvé où se garer…

Pour le lancement d’une nouvelle voiture, la landing page pourra bien entendu regrouper toutes les caractéristiques relatives à ce modèle et ses avantages, des vidéos, la brochure technique à télécharger…

Mais faites encore mieux.

Parlez-leur des bénéfices qu’ils pourraient tirer s’ils se rendaient à votre événement ou achetaient votre produit. Sell the problem you solve, not the product.

3. La landing page doit être responsive

Pour la première fois en 2017, l’usage d’Internet dans le monde a été plus important sur tablette et mobile (51,3%) que sur poste de travail (48,7%) – données StatCounter. Même si en France, 70% des utilisateurs continuent à utiliser Internet sur desktop (i.e. à partir de leur ordinateur), il est indéniable que la tendance va s’inverser dans les années qui viennent. Alors vous avez intérêt à vous mettre à la page illico presto !

Les emails et sites web se lisent ainsi de plus en plus sur smartphone et tablette. Par conséquent, il est impératif que la landing page soit responsive, c’est-à-dire qu’elle s’adapte à l’écran utilisé (smartphone, tablette ou ordinateur). Il n’y a rien de plus frustrant que d’ouvrir une landing page où l’on ne peut lire que la moitié des informations. Car cela incite l’utilisateur à abandonner la page.

Et il ne faut pas seulement s’arrêter à la landing page : toutes les actions qui en découlent comme un formulaire intégré doivent aussi être responsive. 

On pourrait même aller jusqu’à tout concevoir en mode « mobile first », et on verra éventuellement plus tard ce que ça donne sur un ordinateur.

4. Respectez la charte graphique mais soyez attrayant

Une landing page réussie doit aussi être cohérente avec la charte graphique afin que le client puisse toujours l’associer à la marque qu’il connaît. Cependant, la landing page autorise une création artistique un peu moins chartée et plus audacieuse, même si certains éléments de la charte graphique doivent être respectés : le logo, les polices principales (vous pouvez jouer par contre avec des polices manuscrites pour les titres)…

Mais se conformer à la charte graphique n’empêche pas pour autant une mise en page attrayante. Utilisez de beaux visuels, des vidéos (ça plaît beaucoup), quelques titres biens placés et travaillés (taille, police, position – n’oubliez pas qu’il existe des tendances en design graphique !), pertinents et percutants. Vous pouvez également vous servir d’icônes pour illustrer les bénéfices dont on parlait précédemment, les visuels ayant toujours plus d’impact…

Faites en sorte de rendre les CTA repérables facilement en jouant sur leur disposition, leur taille, leur couleur. Et pour le texte des CTA, soyez inventif ou tout simplement directif !

Alors faites-vous plaisir, faites plaisir à vos clients mais restez quand même dans les clous !

5. Analysez le trafic

On ne répétera jamais assez l’importance du reporting dans toute action digitale. L’analyse du trafic permet d’étudier le comportement des utilisateurs : les liens les plus cliqués, les pages les plus vues… et permet aussi d’analyser la source du trafic (emailing, référence depuis un site web tiers, invitation connectée…).

Toutes ces précieuses données permettront d’ajuster par la suite les actions de marketing ou de communication pour, toujours, continuer à acquérir et fidéliser les clients.

Et si vous n’êtes pas convaincus, lisez la malheureuse expérience de Gunther dans ce domaine…

ÇA VOUS A PLU ? Partagez-LE !